lundi 31 octobre 2011

Les enjeux du tourisme viticole



06h00 | Mis à jour 09h36


Les enjeux du tourisme viticole

Le futur CCTV devrait donner un coup de booster au tourisme du vin, activité en plein essor dans la région.

 Philippe Massol, directeur du CCTV.  Photo Stéphane Lartigue

Philippe Massol, directeur du CCTV. PHOTO STÉPHANE LARTIGUE

Connaître les lieux et les hommes qui sont derrière les bouteilles qu'on aime déguster. Voilà la raison d'être de l'œnotourisme, activité en plein essor dans notre région. Avec du retard sur l'Alsace, la Californie, l'Afrique du Sud, la Rioja ou la Toscane, le Bordelais et l'Aquitaine ont mis les bouchées doubles. Collectivités locales, instances consulaires, agences de voyages spécialisées (nombreuses), structures viticoles, mais aussi propriétés, coopératives ou négociants tirent désormais dans le même sens pour faire travailler deux mondes jusqu'alors étanches : ceux du vin et du tourisme.
Dans une ville qui porte le nom de son produit phare, à l'origine de sa notoriété mondiale, c'était même la moindre des choses. Une évidence telle… que ce n'était pas fait. C'est désormais du passé : penser que visiter les vignobles en Gironde (mais aussi en Dordogne et en Lot et Garonne…) est compliqué relève de la méconnaissance et du lieu commun.

Avec ou sans rendez-vous, des centaines de lieux accueillent, y compris des grands crus. Un moyen de gagner en notoriété et d'écouler des bouteilles. La mévente est parfois là, et un client potentiel, qui de plus se déplace, ne se refuse plus. Mais beaucoup reste encore à faire pour élargir et professionnaliser l'offre, notamment l'hiver et le week-end. « Notre futur centre sera aussi un point de départ pour les vignobles, mais il faudrait des routes des vins mieux identifiées », pointe Philippe Massol, directeur du CCTV.
C. C.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire