mardi 8 novembre 2011

L'e-commerce du vin en plein boom


Une du "Monde Economie" du mardi 8 novembre 201

Le site de vente en ligne de Berticot a fêté cet été son premier anniversaire. Ce sont plusieurs centaines de clients nouveaux qui ont acheté en ligne les vins des vignerons de Landerrouat, Duras Cazaugitat. Grâce à internet, le catalogue riche de près de 100 articles différents, vin évidemment (Duras, Bordeaux et Sainte-Foy Bordeaux) mais aussi cadeaux et accessoires du vin (ice-bag, tire-bouchon...) est visible de tous et de partout, en France comme à l'étranger. Le site qui est bilingue,  français/anglais est également consulté en Europe, Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, Pays-Bas... jusqu'en Chine et aux Etats-Unis, deux pays où pourtant nous ne vendons pas encore via le web ! L'essentiel des commandes vient encore des différentes régions de France, particulièrement Ile de France et Aquitaine. Le panier moyen est d'environ 140 €. Le journal Le Monde vient de publier un article sur le commerce du vin en ligne qui illustre cet essor de la vente en ligne pour laquelle Berticot a été un précurseur.

Le ministre de l'agriculture Bruno Le Maire rappelait en juin, au salon Vinexpo à Bordeaux, que la viticulture pesait 18 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 6,9 milliards d'euros par an de recettes à l'exportation. Et "on estime à 3,4 milliards d'euros les ventes de vin réalisées par Internet dans le monde, soit 3,2 % des ventes mondiales de vin", explique Grégory Bressolles, responsable de la chaire e-commerce et distribution à BEM-Bordeaux Management School et concepteur de l'"e-performance barometer" réalisé tous les deux ans sous sa direction.

"En France, la vente de vin en ligne connaît une forte croissance, constate M. Bressolles. Pour 2010, on est à près de 308 millions d'euros ; on prévoit 410 millions d'euros en 2011." Ces chiffres ne tiennent pas compte des sites des grandes surfaces - Auchan.fr ou Ooshop.com (Carrefour) -, mais intègrent ceux des pure players du Net (ChateauOnline, 1855 ou Wineandco) et des click and mortar qui jouent la complémentarité entre commerce physique et site Web (Nicolas...), soit plus de 300 sites de e-commerce au total.
Et si cette activité a progressé de 33 % en 2010 (contre 32 % en 2009) - sur les six premiers mois de 2011, les sites de vente de vin en ligne ont vu leur chiffre d'affaires croître de 20 % par rapport au premier semestre 2010, selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) -, elle reste marginale : la grande distribution représente 70 % du marché. Selon le baromètre Sowine-SSI 2011 réalisé du 1er au 8 février et présenté en juin, "10 % des Français achètent du vin sur Internet".
Deuxième tendance observée par M. Bressolles, les sites "se rapprochent de plus en plus des comportements des cavistes traditionnels pour pallier la froideur d'Internet", avec des vidéos, des numéros de téléphone d'appel directs ou la constitution de clubs.
Ainsi, le Net arrive "au cinquième rang des sources d'information pour préparer un achat de vin" - certes loin derrière les conseils de l'entourage ou du caviste - et devance les guides et magazines spécialisés, selon le baromètre Sowine-SSI.
La France est à la traîne, selon M. Bressolles, pour la présence de ses sites leaders sur les réseaux sociaux et leurs performances. Sur la trentaine qui ont été testés, les cinq premiers du classement - "qui n'est pas corrélé au chiffre d'affaires"- établi par l'école de management de Bordeaux sont étrangers.
Convivialité, navigation, interactivité, etc. valent à l'américain Wine.com d'y truster la première place depuis 2007 et au chinois Boboqiu d'occuper la troisième. Le premier français, Vinatis, est sixième ; Wineandco, 19e en 2009, "a demandé à ne pas figurer dans le classement 2011", regrette M. Bressolles.
Pierre Jullien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire