mardi 13 mars 2012

Premier Millésime Bio pour Berticot



06h00
Par arnauld bernard
Marmande

Les Millésimales sont cette année l'occasion de découvrir le premier millésime de Côtes de Duras 100 % biologique.

Blandine Comte présente aux clients de la cave un insectarium, installé à quelques mètres des vignes de la cave de Berticot.

Blandine Comte présente aux clients de la cave un insectarium, installé à quelques mètres des vignes de la cave de Berticot. (photo A.B.)

Après trois années d'une conversion biologique initiée par une poignée de viticulteurs de la cave coopérative de Duras, le premier millésime de blanc et de rosé 100 % bio de berticot est arrivé. À l'occasion de l'ouverture de la traditionnelle fête les Millésimales, qui se déroule cette semaine à la cave, les principaux acteurs de la filière ont pu présenter aux clients professionnels leurs nouveaux produits.
Sarah Simon, qui s'occupe du marketing de la SCA Les Vignerons de Landerrouat-Duras-Cazaugitat, confirme les ambitions biologiques de l'appellation : « Alors que dans certaines régions viticoles, le bio s'est installée rapidement dans le paysage, la Gironde cumule un certain retard. Notre objectif, c'est de devenir le plus gros producteur de vins biologiques de la région, puisque si pour le premier millésime, nous ne sommes qu'à 29 hectares de Côtes de Duras convertis, le nombre d'hectare en cours de conversion portera ce chiffre à 235 hectares sur trois ans.


Convaincre les clientsDaniel Dumonteil, viticulteur installé sur la commune de Savignac-de-Duras, fait parti de ceux qui ont pris le virage du vin biologique, dès 2008 : « J'avais envie de passer à autre chose, de changer de méthodes. Pour un viticulteur, passer en bio, c'est se réapproprier une partie de son métier. Il faut réfléchir, c'est beaucoup plus de boulot, de temps passé dans les vignes, on est aussi plus fragiles face aux aléas climatiques. Au début, j'étais un peu anxieux, mais j'ai eu le temps d'apprendre. Et puis Blandine Comte, qui est technicienne bio, passe nous voir chaque semaine pour nous donner des conseils. On est accompagnés, et c'est agréable de ne pas avoir l'impression de se lancer seul dans cette aventure. »
Blandine Comte est effectivement une interlocutrice précieuse pour qui se posent encore des questions sur le comment et le pourquoi de la conversion biologique. « Nous devons convaincre les circuits traditionnels de l'importance du vin biologique, de l'intérêt pour eux d'investir dans un produit qui est un peu plus cher, mais qui correspond aux attentes d'un public de plus en plus large. »
Dans le cadre des Millésimales, des visites gratuites sont organisées à la cave de Berticot, jusqu'à la fin de la semaine. Samedi matin, des ateliers pédagogiques seront proposés aux enfants. Et cet été, lors des Mercredi bios, des balades guidées au cœur du vignoble, suivies d'un déjeuner autour d'une assiette de pays seront organisées.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire